Consultez nos archives

Slap !

C’est le bruit d’une grosse claque, comme celle que je me suis prise avec ce film qui ne payait pourtant pas de mine.

J’ai entendu parler de « 3 Billboards, les panneaux de la vengeance » grâce à ses différentes nominations et prix (meilleur film, meilleure actrice et d’autres aux Gloden Globes notamment). Nous verrons d’ailleurs prochainement si les Oscars en ont pensé la même chose.

Le résumé ne me donnait pas forcément envie, mais le casting et surtout le réalisateur Martin Mc Donagh, que j’avais beaucoup apprécié pour 7 Psychopathes ou Bon Baiser de Bruges, m’inspiraient confiance.

Cela faisait très très très très très très longtemps, que je n’avais pas vu un film aussi touchant, intelligent et original.

Après plusieurs mois sans voir avancer l’enquête sur la mort de sa fille, Mildred Hayes décide d’afficher des messages de colère destinés à la police, sur 3 grands panneaux à l’entrée de la ville. 

3 Billboards-Les-Panneaux-de-la-vengeance-cinema-film-oscar

J’ai tout simplement adoré !

Ce film m’a surprise et captivée tout du long. L’intrigue principale est pesante mais pas que (attention, je risque de spoiler un peu).

Chaque personnage vit son histoire dans l’histoire. A chaque fois que l’on pense pouvoir souffler, un nouveau rebondissement arrive.

Le sujet initial est profond et nous sert de fil rouge, ajoutez y à cela un flic malade, un flic pourri, un père violent, un homme tordu, un nain en quête d’amour et vous obtiendrez un scénario complet, construit et intéressant. Le moindre protagoniste a son caractère, son importance.

Le casting est évidemment incroyable. France McDormand (Mildred Hayes) est bluffante dans la peau de cette mère prête à tout. Sam Rockwell (Jason Dixon), un de mes acteurs fétiches, est extraordinaire en flic perdu, tout comme l’ensemble de l’équipe. Je pourrai également citer Woody Harrelson (Bill, le chef de la police), Peter Dinklage (James) ou encore Caleb Landry Jones (Red Welby).

Jusqu’au dernier instant le film est renversant. La noirceur de la fin est toute aussi troublante que le doute qu’elle laisse au spectateur. On ne connait pas le tueur. Et ces deux personnages que tout opposait au début, vont-ils jouer les justicier ensemble ? Iront-ils jusqu’au bout ?

Bref, beau, humain, innovant et émouvant, ce film est à voir sans modération.

Ci-dessous, la bande-annonce :

  • Mary Mar 1, 2018

    Reported from facebook

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*