A hidden life // Cannes 2019

Image titre : Copyright iris productions

Je viens de réaliser que je n’avais écrit aucune critique de film de Terrence Malick. Pouvant nous proposer un chef d’oeuvre tout comme un long-métrage interminable, le réalisateur s’était perdu dans une spirale étrange ces derniers temps (les stars ne font pas un film).

J’appréhendais donc grandement les 2h53 d’« Une vie cachée »/ »A hidden life ». Mais Cannes étant un lieu d’échange et de seconde chance, nous montions une fois de plus les marches du grand Palais en matinée.

Quelle claque ! Evidemment, je n’ai pas vu la totalité des films en compétition, mais « A hidden life » et le genre de réalisation qui mérite amplement sa palme !

Inspiré de l’histoire vraie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui a refusé de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison, il est condamné à la peine de mort. Porté par sa foi et l’amour de sa famille, Franz resta un homme libre, l’un de ces héros méconnus…

a_hidden_life-la_vie_cachee_cannes_2019-terrence_malick
Copyright UGC Distribution

Que c’est beau ! Voilà ce que je me disais pendant d’innombrables minutes. Une claque visuelle, un voyage extraordinaire au cœur des montagnes Suisses Autrichiennes (je suppose). C’était sublime et j’aurai pu rester devant de nombreuses minutes supplémentaires (bravo au chef Op également car les lumières, bien que semblant naturelles pour la plupart du temps, sont simplement fantastiques).

Que c’est fort ! Le long-métrage est incroyablement chargé d’émotions (il faut dire que Monsieur Malick a le don de mettre en scène les sensations). Une vie cachée nous conte l’histoire des hommes ayant refusé de suivre Hitler. Inspiré de faits réels, le cinéaste a souhaité tourner dans des lieux historiques tels que dans la maison des Jägerstätter ou encore la prison de Stasi.

SPOIL : Des dialogues mesurés et des actions pesées, j’étais par moment désemparée. Je pense notamment à ce prêtre qui affirmait que prêter serment à Hitler n’était que des mots, et que si cela permettait d’avoir la vie sauve, il ne fallait pas hésiter. Cela place l’église dans une position que je n’avais pas imaginé, et le résultat est puissant.

hidden-life_terrence_malick_august_diehl
Copyright UGC Distribution

Pour faire un petit aparté, la musique donne une certaine robustesse au film. Le compositeur James Newton Howard a su s’adapter au mystère de l’auteur.

Foi, croyance, culpabilité, ce long-métrage psychologique intense m’a embarquée au cœur d’une époque que l’on est ravi de ne pas avoir vécu mais qui mérite d’être entendue.

Côté casting, on retrouve August Diehl (L’empereur de Paris, Inglourious Basterds) dans la peau de Franz Jägerstätter. Il forme un couple 100% crédible avec Valérie Pachner, interprétant sa femme, Franziska.

Bref, le film n’a pas encore de date de sortie officielle. J’espère qu’il trouvera diffuseur, et je vous invite à booker votre soirée pour découvrir en salle « A hidden life » (si vous avez tenu 3h pour Avengers, vous y arriverez sûrement à nouveau, ne vous inquiétez pas).

Après The Tree of Life , Terrence repartira-t-il avec une seconde palme d’or ?

Ci-dessous le clip officiel :

Une pensée sur “A hidden life // Cannes 2019

  • 3 juin 2019 à 11 h 44 min
    Permalink

    Merci pour ton article 🙂 Adepte aussi des films qui relatent des histoires vraies c’est sûr que j’irai le voir. Et puis les paysages ont l’air dingue 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.