Consultez nos archives

Pour la première fois, Bradley Cooper s’essaye au métier de réalisateur pour nous présenter « A star is born ».

L’histoire de deux célébrités, l’une amochée par la vie, l’autre effacée par une production manipulatrice. Une thématique que l’on a dejà vu des centaines de fois et qui m’avait moyennement atteinte en fin de séance. Pourtant, avec un peu de réflexion, « A star is born » est une belle première réalisation pour le cinéaste en herbe. Affaire à suivre.

Jackson Maine est une star de la country. Un soir, il fait la rencontre d’Ally, dont il tombe rapidement amoureux. Ally a du talent, Jackson l’a vu et souhaite la propulser sous les projecteurs. Mais les producteurs ne vont pas tarder à s’emparer de la jeune artiste, la mettant sur le devant de la scène et annonçant le déclin de Jackson Maine.

a-star-is-born-lady-gaga-bradley-cooper

Pour commencer par le positif, Bradley Cooper (Jackson Maine) m’a bluffée. Je ne savais pas du tout qu’il chantait, ni jouait de la guitare, et j’ai été impressionnée par ses talents d’artiste qui m’ont beaucoup plus plus que ceux de Lady Gaga (Ally), qui, que l’on aime ou non, sont également indéniables.

Le réalisateur/acteur interprète divinement bien son rôle d’homme abîmé par la vie, et Lady Gaga semble avoir un avenir prometteur dans le cinéma. J’ai noté que le public de manière générale mentionnait plus facilement sa prestation que celle de Bradley, sûrement parce que les rôles d’alcooliques à l’écran sont souvent perçus comme exagérés. J’ai pourtant trouvé cela juste, pesant et dur. Vraisemblablement un personnage qu’il souhaitait incarner depuis longtemps.

Alors, il est vrai que les sujets sont tous survolés :

  • Alcoolisme
  • Dépression
  • Problème d’enfance
  • Milieu malsain du monde de la musique
  • Producteur manipulateur

Le cinéaste aurait sûrement dû moins en faire. Quoi que. Cela n’aurait peut-être plus eu de sens. Quoi qu’il en soit, pour aborder correctement chaque sujet, il aurait certainement fallu un film de 4h. Mouais. Impossible.

Pour passer rapidement sur la technique et les choix artistiques, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce long-métrage. La réalisation, les choix de plans m’ont clairement dérangée. Je n’y arrivais pas, cela était presque plus facile pour moi en fermant les yeux.

Mais, avec un peu de recul, je crois que cette oeuvre m’a touchée. Déjà parce que j’écoute en boucle sa soundtrack depuis. Mais également parce que j’ai repensé plusieurs fois à ses personnages. Ce qui est plutôt rare, vu la quantité de films que j’essaye d’ingurgiter par semaine.

Bref, une oeuvre qui m’aura laissée perplexe après son visionnage, mais aura finalement réussi à me marquer. A voir en salle, vous devriez pour la plupart être conquis.

Ci-dessous la bande-annonce :

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*