Aladdin // iMax 3D

Avant de vous donner mon avis sur la dernière réalisation de Guy Ritchie « Aladdin », je vais d’abord vous parler de ma relation avec Disney. Tout simplement parce que Walt Disney faisait pour moi partie des quelques génies de notre planète, et qu’il a réussi à s’entourer de personnes talentueuses qui a fait de Disney, l’entreprise qu’elle est aujourd’hui (malgré quelques abus dû à l’ignorance de l’époque j’espère ^^). Un groupement de personnes plus compétentes les unes que les autres, qui ont réussi à lier business et créativité.

Mais tout cela est dû à mon enfance. Ayant eu un papa artiste peintre, admiratif des artistes du monde de l’animation 2D, nous avons été bercées avec ma sœur à ses côtés en compagnie des grands classiques du film d’animation. Le dessin animé 2D est pour moi l’un des plus bel art et j’ai parfois peur qu’il se perde un peu parmi nos nouvelles technologies. Je vous garde la suite de « mon enfance avec Disney » pour le prochain article sur ce thème (morale, job etc.). Quoi qu’il en soit, je suis toujours aussi craintive et surexcitée à la fois lorsque j’apprends la sortie en salle d’un nouveau live action reprenant des pépites du monde de l’animation.

disney_abou_2019-aladdin-guy-ritchie
© Disney/Entertainment Weekly

Mais revenons à nos moutons. Bien que cet Aladdin m’effraye moins que la version française avec Kev Adams, le casting m’avait quelque peu refroidie. Will Smith, en génie ? Bleu ?? Et deux comédiens insipides en Jasmine et Aladdin ???

Et bien quelle mauvaise langue j’étais. Aladdin est et restera l’un de mes grands classiques Disney favoris (avec Le Roi Lion dont j’attends impatiemment le live action cet été). Le film n’est pas venu gâcher son image, loin de là. Il nous propose simplement une version différente. En dessous du film d’animation, sans nul doute, mais respectable et agréable pour un moment familial.

Aladdin, voleur solitaire des rues d’Agrabah fait la rencontre de la princesse Jasmine. Mais pour pouvoir espérer l’amour de la princesse, il fait appel à un génie qui le transformera en prince Ali et lui permettra d’accéder au Palais… (Si toi aussi tu te dis que c’est le pire résumé d’Aladdin de tous les temps tape dans tes mains ! #clapclap).

aladdin-2019-live-action-disney=naomi-scott-jasmine_mena-massoud-aladdin
Copyright 2018 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved

Avant toute chose, il faut savoir qu’Aladdin made in 2019 est une comédie musicale. J’ai immédiatement été transportée au coeur de Broadway. Et qu’on aime ou non, on ne peut pas niais le spectacle visuel proposé. Chorégraphies, chants, costumes, tout y est. Dans le bon comme dans le mauvais. Mais pour être honnête je me suis régalée.

Avec plus de difficultés que Tim Burton dans Dumbo, Guy Richie nous montre trop peu souvent sa patte. Une scène de course poursuite et quelques ralentis sont les seuls moments de transparence de l’auteur. Disney bride, c’est le jeu lorsque l’on possède un empire de cette taille.

D’ailleurs, on pourrait lui trouver bien des reproches. Dont celui des scènes coupées du dessin animé (pourquoi avoir enlevé des scènes primordiales de Jafar ? Cela était indispensable pour la rythmique du film et les liens tissés entre personnages).

A l’inverse, l’équipe a fait le choix de nous ajouter quelques séquences inégales.

Des scènes de chants dont on se serait passé mais un Iago géant qui m’a plutôt plu sur la fin.

aladdin-2019-will-smith-genie-live-action-disney
Copyright 2019 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved

La plus belle surprise de la réalisation restera l’interprétation du génie par Will Smith. Passer derrière le grand Robin Williams, quelle pression ! Le comédien était excellent lors de la conférence de presse française pour retransmettre auprès des journalistes ce challenge qui lui avait été imposé. Le génie est le meilleur personnage d’Aladdin. Et Will Smith est juste génial, cela m’a rappelée sa belle époque des années 90.

La suite du casting m’a également convaincue. Mena Massoud (Aladdin) m’a bluffée en chant mais surtout en danse. Peut-être est-il doublé ? En tout cas le garçon semble tout droit sortie d’une école de comédie musicale, et rien que pour le spectacle, je dis bravo ! Quant à Naomi Scott (Jasmine), elle se débrouille pas mal pour pousser la chansonnette. A part cela, je dirai « qu’elle fait le job », rien de plus…

Passons maintenant aux deux principaux défauts du film :

  • Jafar et son interprète (dont peuvent longuement vous parler les deux acolytes de CinéStory, pourquoi avoir choisi le double de William Lebghil ? Je pensais la même chose quant à Ben Kingsley qui aurait fait un bien meilleur méchant). Marwan Kenzari n’est pas mauvais mais reste trop jeune et trop « doux » pour le rôle. Malgré une explication douteuse dans le scénario…
  • La chanson Speechless. Inaudible en français. Je vous propose de la découvrir dans sa version originale ci-dessous. Le souci n’est pas tant la chanson en soi. Mais le fait qu’elle dénote complètement avec les autres musiques. Et surtout, ce féminisme à deux francs six sous, j’en peux plus. Quelle était ce besoin ici d’avoir une rébellion de femme ? La séquence est très mal amenée et m’a procurée un instant de gêne…

Côté technique, j’ai du mal à critiquer. Bien que la CG du génie (Will Smith en bleue) ne soit pas impeccable. Idem pour Rajah dont l’animation déforme un peu trop le modèle. Autrement cette colorimétrie excentrique rappelle le cinéma d’animation, j’approuve à nouveau.

Pour parler du bémol technique cela sera pour moi le doublage français. J’ai tenu à voir le film en iMax 3D. Tout simplement car ce sont les meilleures conditions de projection. Simplement, le film était en VF. On sait tous que les VO sont toujours meilleures, mais ici c’était tellement flagrant. Le long-métrage étant une comédie musicale, les acteurs exagèrent toutes les séquences de chanson, et on a sincèrement l’impression que trouver des paroles qui collaient aux mouvements de lèvres leur est totalement passé au dessus. J’essayerai de retourner le voir en VO dès que possible. L’avantage de la version FR sur un film quasi copié collé et que je connaissais déjà de nombreuses paroles. Mon cerveau était en mode Karaoké pour son plus grand bonheur.

Bref, tant de choses traversent mon esprit quand on touche à ma nostalgie, mais je vais m’arrêtais là. Aladdin est une fois de plus la preuve que Disney reste maître du monde en terme de divertissement. A voir pour un moment de détente en famille. Et surtout regardez le dessin animé (et montrez le à vos enfants <3).

Ci-dessous la bande-annonce :

PS/ Pour voyager en Orient et écouter la soundtrack dans son intégralité, c’est par ICI.

Une pensée sur “Aladdin // iMax 3D

  • 5 juin 2019 à 21 h 29 min
    Permalink

    Vite il faut que j’y aille alors!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.