Consultez nos archives

Il y a déjà un bon mois, (dsl pour le retard), je découvrais en avant-première au Gaumont Multiplexe de Montpellier le film « Coexister ».

Une affiche qui laissait à désirer, une bande-annonce que je m’étais empêchée de visionner, bref, une soirée qui ne m’emballait pas à 100%. Et pourtant, qu’est ce que je me suis marrée !

Comme quoi, les préjugés ne sont jamais bons. J’ai tout simplement adoré cette comédie.

Un producteur sur la sellette décide de réunir un prêtre, un rabin et un imam afin de les faire chanter ensemble et créer le buz. Mais les religieux qu’ils recrutent sont malheureusement loin d’être des saints…

Avec une scénario parfaitement ficelé (bien que souvent prévisibles), des situations cocasses, des répliques à tomber par terre et un casting hors pair (Ramzy, Jonathan Cohen, Guillaume De Tonquédec, Mathilde Seigner ou encore Audrey Lamy), le réalisateur/acteur, Fabrice Eboué, s’en sort haut la main !

coexister-audrey-lamy-fabrice-eboue-comedie-fr-avant-premiere-gaumont-montpellier

Le film se termine, les applaudissement retentissent et le réalisateur nous rejoint enfin en salle.

La première prise de parole a été une surprise pour nous tous. Une dame, qui ne semblait pas avoir été prévenue de ce qu’elle venait voir était outrée par le film. Comme on le dit souvent « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui ». Le fait de tourner en dérision ces différentes religions ne lui a pas plu du tout, elle trouvait cela « lourd mais lourd » et disait « qu’il ne fallait pas faire ça », même si Monsieur Eboué était un très bon acteur. Qu’est ce qu’on a rit…

Heureusement le reste de la salle s’était tout comme moi, régalé, et la répartie du cinéaste, habitué des stand up, nous aura permis de passer un excellent moment. Avec beaucoup de respect, il réussit à tourner en dérision les propos de la dame scandalisée.

Ce qui est sûr, c’est que le long-métrage n’a pas froid aux yeux, chaque religion en prend pour son grade, sans tabou, sans limite, au moins cela ne fera pas de jaloux.

Le cinéaste a ensuite passé un peu de temps à nous conter certaines anecdotes du film (telles que la séquence d’impro de Ramzy sur sa référence à Rabbi Jacob). Il nous a également avoué que le trio d’acteurs ne chantait pas réellement (excepté Jonathan Cohen qui est plutôt doué pour pousser la chansonnette), je m’étais pourtant totalement fait duper par la doublure voix de Ramzy, bien que je trouvais cela plutôt louche.

Bref, une comédie politiquement incorrecte qui fait un bien fou, en salle le 11 octobre prochain !

Ci-dessous la bande-annonce :

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*