En liberté // Cannes 2018

C’est parti pour la 2nde projection du jour avec « En liberté » de Pierre Salvadori (Dans la cour etc.). Diffusé aujourd’hui pour la 1ere fois, l’oeuvre était sûrement celle qui me faisait le plus de l’œil de tout le festival.

Projetée au Théâtre de la quinzaine des réalisateurs ce matin, nous avions choisi l’option de l’après midi, dans l’espoir d’avoir l’équipe à nos côtés. Mais cette fois ci, hors de question de ne pas rentrer. Malgré nos badges, nous décidons d’acheter notre place à la quinzaine pour être prioritaires juste derrière ces chers journalistes.

Nous sommes en salle. Une fois de plus dans un théâtre magnifique. Le film commence bientôt, il est l’heure d’aller aux toilettes, et là qui croise-t-on ? toute l’équipe <3. Pio Marmai semblait très très heureux, quant à M. Salvadori, en tant que gentle girl, je l’ai gentillement laissé passer avant moi aux WC.

Bref, la séance commence, l’équipe semble émue. La salle devient noire et c’est parti pour 1h30 de véritable délire. J’ai une fois de plus adoré.

Yvonne, jeune inspectrice de police, découvre que son mari qu’elle prenait pour un héros, n’était en fait qu’un flic corrompu sans aucune morale ayant envoyé en prison un innocent, Antoine, pendant 8 ans. Déterminée à réparer les tors de son mari, sa rencontre avec Antoine va bouleverser sa vie.

En-Liberte-film-de-Pierre-Salvadori-avec-Adele-Haenel-Damien-Bonnard-cannes2018-quinzaine-des-realisateurs

Seconde claque de la journée. Qu’est ce que j’ai ris. Encore un film fou, un film drôle, un film qui fait du bien.

L’oeuvre est totalement déjantée, les personnages décalés. Je n’y ai vu aucune cassure rythmique. Le jeu des acteurs est parfait. Moi qui pensais que Cannes, c’était plutôt la porte ouverte aux films étranges, quel bonheur depuis ce matin.

Evidemment les applaudissements et l’ovation finale furent à la hauteur de la réalisation.

L’équipe composée de son chef d’orchestre, Pierre Salvadori, et de certains de ses comédiens : Pio Marmai (Antoine), Adèle Haenel (Yvonne),  Vincent Elbaz (Jean Santi), Damien Bonnard (Louis) à quelques mètres de nous, avait les larmes aux yeux.

Cela me touche beaucoup, surtout quand je vois des acteurs aux petits rôles (je n’ai pas retrouvé leur noms), potentiellement être présent pour la première fois ici, et recevoir autant d’encouragement. C’est beau. Et le fait qu’ils prennent tout cela à cœur, prouve à quel point leur passion est forte.

Enfin, je vais m’arrêter là, mais je vous interdis de louper en salle « En liberté » dont la sortie est prévue le 31 Octobre prochain.

Pas encore de bande-annonce mais l’interview du binôme de choc du film :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.