Consultez nos archives

Qu’est ce que j’avais envie de voir « La forme de l’eau » nouveau film de Guillermo Del Toro (dernier film en date Crimson Peak), ce cinéaste irrégulier qui nous présente souvent du bon, mais quelques fois du mauvais.

J’étais totalement en confiance quant à la poésie de sa nouvelle réalisation. Finalement j’ai été déçue par ce conte mal construit. Une histoire d’amour trop rapide pour que le spectateur puisse être ému et s’attacher à ce couple improbable. Dur…

Elisa est muette. Agent d’entretien dans un laboratoire top secret, elle mène sa petite vie tranquille. Jusqu’au jour où tout va basculer lorsqu’elle découvre une étrange créature dont personne n’a encore dévoilé l’existence.

shape-of-water-creature-forme-de-l-eau-guillermo-del-toro-cinema-film

J’avais envie d’aimer ce film. Vraiment. (Attention je risque de spoiler).

Il a longuement été critiqué sur son scénario déjà vu. Ce n’est finalement pas ce qui m’a le plus dérangée. L’auteur se permet de nombreuses références. Parfois même accusé par ses confrères de copies. Jean-Pierre Jeunet lui reproche d’avoir plagié des séquences de Delicatessen ou d’Amélie Poulain. Je trouve cela un peu exagéré. En Art tout n’est que référence, inspiration. Il est donc tout à fait normal d’y retrouver des ressemblances. Le cinéaste français devrait plutôt en être fier. J’ai du mal à comprendre ce genre de réaction, surtout après tant d’années d’expérience.

Beaucoup ont également parlé de La belle et la bête. Ce qui est vrai. Mais arrêtons d’être si négatif. Les histoires d’amour entre deux personnages opposés, voir même entre une bête et un homme, est monnaie courante dans le cinéma (les exemples ne me viennent pas mais je pense par exemple à Pénélope).

Je dois dire d’ailleurs que la similitude qui m’a le plus sauté aux yeux et celle de « Sauvez Willy« . De cette complicité apparente entre 2 individus d’espèce différente.

Enfin, je vais arrêter de le défendre car on va finir par croire que j’ai apprécié cette séance.

forme-de-l-eau-Shape-of-Water-Sally-hawkins

Malgré le fait que je sois immédiatement rentrée dedans (le personnage façon Amélie Poulain et les décors m’ont tout de suite séduite), le problème de rythmique m’a rapidement fait décrocher.

Toute la poésie de ce film est amenée par la séduction. Cette histoire d’amour naissante. Pourtant cela va trop vite. Je n’ai pas rencontré de magie. Le long-métrage atteint rapidement une situation sans plus aucun intérêt. Il aurait fallu s’attarder plus longuement sur la rencontre des personnages et moins longtemps sur la libération (exactement comme dans « Sauver Willy »). Ou alors il aurait fallu en faire un court métrage, et délivrer la créature directement après la sortie du labo.

Et puis c’est quoi ces scènes qui dégouttent ? M’imaginer une scène de sexe entre cette fille et cette créature m’a juste répugnée

La seule belle chose si je peux dire, c’est la scène finale et le personnage d’Elisa (interprété par la talentueuse Sally Hawkins) qui se met à respirer via des branchies. Mais oui, vous allez me dire que cela était vraiment prévisible.

Bref, je n’ai pas retrouvé cette poésie violente qui fait la force de ce réalisateur. Beaucoup de potentiel pour un résultat trop décevant. C’est vraiment dommage…

Ci-dessous la bande-annonce :

  • Laura Avr 21, 2018

    Heu….. j’ai jamais entendu parler de ce film, c’est normal ?! A priori je n’ai rien loupé 🙂

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*