Consultez nos archives

Ça va, ça va, c’est pas parce que je l’ai vu 2 fois en 6 jours, qu’on peut immédiatement comprendre où je vais en venir ! Cela faisait 3 ans que j’attendais impatiemment la suite des aventures de ces anti-héros qui m’étaient totalement inconnus il y a quelques années.

Il faut dire que Les Gardiens de la Galaxie fait pour moi partie de mon top « film de tout les temps » (mais je ne vais pas revenir dessus, pour les plus curieux je vous laisse lire ma précédente critique).

Avec « Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 », James Gunn assume pleinement sa casquette de « director ». Spectaculaire, drôle, sans véritable tabou, émouvant, le cinéaste ose faire ce qui lui plait pour notre plus grand plaisir.

Les-Gardiens-de-la-Galaxie-les-gardiens-de-la-galaxie-vol-2-cinema-film-marvel-studios

Avant d’attaquer le fond de l’article je tiens a vous préciser que je risque de spoiler. Je vous invite donc à continuer la lecture, à vos risques et périls !

Dès les premiers instants du film, j’ai compris que j’allais retrouver les personnages charismatiques que j’avais adoptés dès le premier épisode.

Le générique d’intro est une véritable claque et donne le ton du film : « ah tu es là cher spectateur ? Non parce qu’on s’en fou complètement ». Incroyablement réfléchi et magnifique visuellement (et encore plus en 3D iMax car j’ai eu l’impression d’être au beau milieu de la scène), on nous fait suivre un moment de joie intense pour Groot, devenu une référence en terme de mignonitude depuis la fin du volume 1. J’ai clairement adoré cette construction.

Le réalisateur s’est éclaté, et cela se sent. J’ai mis quelques instants à entrer dans le mood des blagues lourdingues (on attaque fort avec Quill vs Rocket dans le vaisseau) mais ils ont fini par m’avoir.

J’ai eu le sentiment que le cinéaste prenait son pied, tout en laissant place à sa propre nostalgie (il a quand même réussi à caser Pac Man et encore mieux Marie Poppins, dédicace à toi Laura, fidèle lectrice et grande fan de cette référence.)

Les-Gardiens-de-la-Galaxie-les-gardiens-de-la-galaxie-vol-2-cinema-film-marvel-studios-star-lord-peter-quill-chris-pratt

Ce qui m’a également plu, c’est l’importance que prend chacun des personnages. On le ressentait déjà un peu dans le premier épisode, mais ici, les séquences vécues en parallèle par chacun les placent tous en posture de héros, et renforce cet esprit de « bande ».

On en apprend plus sur leur vie, leur passé, leur background, surtout concernant Peter Quill dont le mystère du père perdurait toujours.

Woop Woop, Ego est l’heureux élu (du moins dans le film car apparemment ce n’est pas le cas dans les comics, Ego serait une planète vivante). Mais est-ce une chance ?

Groot nous permet de respirer parmi tout ce gloubi-boulga spatial.

Quant à Rocket et Yondu, ce sont surement les protagonistes qui m’ont le plus inspirée dans cet opus. Des grincheux au grand coeur ! Blessés, ils ne savent pas comment être aimés. Le parallèle entre les deux est très intéressant à suivre, et apporte une touche émotionnelle peut être moins présente dans  Les Gardiens de la Galaxie.

D’autres personnages nous sont présentés, notamment Mantis, qui possède une forte dose de comique. surtout lorsqu’elle est associée à Drax, son parfait opposé.

Mais l’essentiel du film repose sur la morale concernant les liens familiaux. Que ce soit entre Gamora et Nebula dont les liens sororaux sont plus forts que n’importe quel combat, ou entre Ego, Yondu et Quill, au sujet de la paternité.

J’ai totalement adhéré à cette définition du père. Il y a une différence entre un papa et un géniteur, et les sacrifices faits pour la famille est, bien que cela puisse sembler pathos ou ridicule, un sujet honorable à aborder.

Les-Gardiens-de-la-Galaxie-les-gardiens-de-la-galaxie-vol-2-cinema-film-marvel-studios-groot

Concernant l’esthétique du film. J’en ai pris plein la vue.

La 3D était parfaite, tout comme les effets spéciaux qui m’ont une fois de plus bluffée. J’avais l’impression que ce monde existait. Et puis c’est tellement beau, tellement coloré, tellement… immense.

Je ne sais pas si cela est l’effet iMax, mais j’avais la sensation de me trouver dans un univers beaucoup plus grand et étoffé que dans le premier volet.

Cette perception de l’espace était vraiment agréable (au sujet de l’univers en soit, il reste tout aussi impressionnant que dans le volume précédent).

Les-Gardiens-de-la-Galaxie-les-gardiens-de-la-galaxie-vol-2-cinema-film-marvel-studios-critique-seance-prod

Autre point fort du film, sa rythmique. Le film a-t-il eu des moments de pause ?

Je n’ai eu de cesse le sentiment que l’on vivait simplement la première quête du long-métrage, puis que les héros allaient revenir sur la planète où se trouve leur vaisseau pour nous présenter la suite du film.

C’est passé beaucoup trop vite !

Enfin, je ne pourrai pas vous parler des Gardiens sans vous parler de soundtrack. Le succès de la BO du premier est incontestable.

Ici, on garde le même ton. Une musique toute aussi importante puisqu’elle fait partie intégrante de Quill.

Une ribambelle de tubes des années 80 (pour certains d’entre nous moins connus, mais ce n’est pas mon impression) à écouter ci-dessous :

Quel film, et surtout, quelle équipe !

Ai-je besoin de faire le tour du casting ?

Au cas où, et pour rappel, on retrouve : Chris Pratt (Peter Quill/Star Lord), Zoe Zaldana (Gamora), Bradley Cooper (Rocket), Vin Diesel (Groot), Dave Bautista (Drax), Michael Rooker (Yondu),  Karen Gillan (Nebula)… Mais aussi les nouveaux et pas des moindres, Kurt Russell (Ego), Sylvester Stallone (Stakar) ou encore la « jolie » Pom Klementieff (Mantis).

Les-Gardiens-de-la-Galaxie-les-gardiens-de-la-galaxie-vol-2-cinema-film-marvel-studios-equipe-james-gunn-selfie-instagram

Photo compte Instagram de James Gunn

J’espère que vous êtes resté cloué à votre fauteuil jusqu’à la fin du générique, qui, comme dans tout Marvel, nous réserve toujours une surprise. Ici ce n’est pas une, ni deux, mais bel et bien 5 scènes qui nous sont présentées.

Montées pour le fun, comme l’adolescence de Groot (qui permet également de justifier l’ellipse avec le volume 3) ou la scène de Kralgin qui n’est pas tout à fait prêt à prendre la relève sur Yondu. Ou pour alimenter les rumeurs, tel que le caméo de Stan Lee, qui, par sa présence dans chaque réalisation, fait une fois de plus penser au fan qu’il est lui même un gardien de la Galaxie. Elles n’omettrons jamais de nous préparer à la suite de l’épisode. Ici, c’est Ayesha, reine du peuple des Souverains, qui nous fait rencontrer sa création, un être parfait nommé Adam (+ d’info. ICI).

Bref, James Gunn, beaucoup plus libre sur ce 2nd volet, a réussi à faire de ce groupe de « bâtards » inconnus, de véritables icônes, culte pour toute une génération.

Un bordel spatial extraordinairement kiffant !

Ci-dessous la bande-annonce :

PS : Oui je l’avoue j’ai toute la collection des figurines Pop! , mais mon Groot à moi ne danse pas… il va falloir y remédier 🙂

PS2 : Apparemment les Gardiens ont inspiré certains artistes de Montpellier ! « fresque » à voir sur les Quais du Verdanson

  • Laura Mai 12, 2017

    Comment dire….. j’ai surkiffé ce moment !!! Comme tu le dis à aucun moment on regarde sa montre c’est un moment de pur bonheur et de bonne rigolade.
    Arriver à caser Mary Poppins quand même ce sont mes héros ! Et ça passe tellement bien 😀
    Après le 1er est un souvenir fort lointain mais à revoir au plus vite !
    Vivement le 3 !

  • Mary Mai 12, 2017

    Je viendrais chez toi avec le blu-ray 🙂
    (moi je me le suis refait pour la énième fois en sortant du vol.2… la 2nd fois ^^)

  • Laura Mai 12, 2017

    Ahah bien joué !!! J’attends la sortie du coffret collector ou j’achète au fur et à mesure …… dur !

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*