Consultez nos archives

Initialement adapté du manga de Masamune Shirow, « Ghost in the shell » est devenu une véritable franchise. Le réalisateur Rupert Sanders, que l’on ne connait que pour Blanche Neige et le Chasseur, a pris le paris de nous proposer un remake attendu par les fans du mangaka.

Le Major est unique en son genre. Une humaine sauvée de la mort par des scientifiques, dont le cerveau a été transplanté dans un corps de robot. Ses incroyables cyber-capacités lui permettent de lutter contre les criminels de la ville. Mais le jour où l’une des attaques consiste à pirater les esprits, elle découvre que tout ce qui lui a été rapporté est faux. Elle n’a jamais été sauvée, la science lui a pris sa vie. Son combat ne fait alors que commencer. Qui est responsable ? Déterminée à découvrir son passé, elle ne laissera plus jamais de telles ignominies se reproduire.

film-science-fiction-sf-ghost-in-the-shell-cinema

Je vais commencer par le plus simple, l’esthétisme du film. Les effets spéciaux sont tout simplement superbes et l’univers totalement fascinant (chaque détail est travaillé, et l’ambiance m’a complètement renvoyée quelques années en arrière, chez notre cultissime « Blade Runner »).

Contrairement à ce que l’on trouve souvent en terme de science-fiction, l’intrigue principal du film n’est pas l’homme vs robot, mais la quête de soi. Ici, c’est le passé du Major qui nous intéresse, qui est-elle vraiment ?

J’ai donc été embarquée dans une histoire d’enlèvement, une histoire de moral et de science qui se déroule dans une atmosphère spectaculaire, bien que peut-être trop lissée pour les fans de l’oeuvre originale. Quoi qu’il en soit, ce thriller technologique prend son temps (jusqu’au 1er sens du terme et les nombreux ralentis du montage), et ça ne m’a pas déplue !

Bien entendu, la réflexion sur notre société actuelle et l’avenir, les dérives de la science, reste une part primordiale du film, mais c’est surement cette orientation plus « humaine » qui fait l’originalité de l’oeuvre, et donc son intérêt pour de multiples adaptations (Jeux vidéo, film, animé etc.).

The-Ghost-in-The-Shell-manga   Ghost_in_the_Shell_VIDEO-GAME-JEU-PLAYSTATION

ghost-in-the-shell-ANIMATION-MOVIE-ANIME

Là où le cinéaste réussit son coup, c’est sur l‘atmosphère jap, manga du long-métrage. J’avais presque l’impression d’être au beau milieu d’un animé, de part le choix de plans de coupe, mais aussi les interventions et réactions des personnages (je pense notamment à Daisuke Aramaki).

Côté casting,  les acteurs sont en parfait accord avec les personnages du manga. Scarlett Johanson (Le Major) revient dans un genre de rôle qui lui colle à la peau (et qui n’est sans me rappeler ses cascades dans Lucy). Les scènes d’action délivrées sont carrément intéressantes et la froideur de l’actrice est en total osmose avec l’état d’esprit du Major. Je ne vais pas faire le tour du casting complet, mais simplement vous parler de mon agréable surprise quand j’ai découvert la participation de Juliette Binoche (Dr. Ouelet).

Bref, un film SF qui vaut le coup d’oeil ! Pour plus d’info. je vous invite à lire la critique du Journal Du Geek qui me semble plutôt juste.

Ci-dessous la bande-annonce :

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*