Jurassic World

Cela faisait de nombreuses années que la suite de la saga était annoncée. Ne se concrétisant jamais, j’avais fini par abandonner tout espoir de voir un jour revenir au cinéma mon parc favori…

Mais lorsque le projet s’est concrétisé il y a de nombreux mois, je trépidais d’impatience à l’idée de me rendre en salle dès sa sortie.

Comme pour de nombreux fans, j’avais énormément d’attentes pour ce dernier opus, et c’est Colin Trevorrow qui a eu la lourde tâche de scénariser et réaliser une suite au chef d’oeuvre de Steven Spielberg (Steven qui est d’ailleurs producteur exécutif sur celui-ci). J’ai trouvé cela étrange que l’on donne cette responsabilité à un homme qui n’avait réalisé qu’un seul film dont on avait pas du tout entendu parler au préalable « Safety Not Guaranteed », mais admettons…

Le film ne révolutionnera pas le cinématus dinosorus mais les nombreuses références au premier, l’humour et le spectacle indéniable en ont fait un divertissement réussi.

Plusieurs années après les tragiques événements, le parc réouvre ses portes, bienvenue à Jurassic World. Afin de répondre aux attentes d’un public toujours friand de nouveauté, les experts ont créé une espèce de dinosaure génétiquement modifiée, l’indominus Rex. Plus agressif et plus intelligent que prévu, ce nouveau dinosaure ne tardera pas à semer la panique sur le parc. 

jurassic-world-chris-pratt-dinosaures-raptors-cinema-film-2015

Pour commencer par le plus court, je vais vous parler des mauvais retours souvent entendus :

– Il est vrai que le cinéaste Colin Trevorrow a fait appel aux grands enfants qui sommeillent en nous. Cela semble trop facile pour certains, mais utiliser le sentiment de nostalgie est souvent apprécié dans ce genre de série.

– Les personnages sont tous des stéréotypes. En effet je ne peux pas le nier, cependant je vous expliquerai ci-dessous pourquoi j’estime que c’est quelque chose qui fonctionne plutôt bien.

– Il y a un peu trop d’amourettes… Soit, comparé aux précédents films la romance est plus importante, je suppose que le choix du scénariste été ainsi afin que chacun se retrouve dans son film. C’est d’ailleurs la seule note négative que je lui donnerai, pas de parti pris, plusieurs genres mélangés pour en faire un véritable blockbuster (bon et puis je dois avouer que le plan final en contre-jour mettant en scène les personnages de Claire et Owen était particulièrement niais).

Omar Sy ne sert à rien (celle-ci, c’est la pire des remarques je trouve). Foutez lui la paix, il a la chance de pouvoir intégrer de supers-productions américaines, c’est génial pour lui et il est important de soutenir nos acteurs internationaux peu nombreux (bon sauf Marion C. hein… elle m’insupporte toujours autant…).

– En gros « L’histoire c’est du n’importe quoi ». Alors là les gars, vous venez voir un film qui met en scène un parc avec des dinosaures et sérieusement vous osez reprocher au cinéaste d’avoir créé un monstre invraisemblable ? (qui plus est, la justification scientifique se tient dans sa globalité). Ou de mettre en scène des personnages faibles qui deviennent de véritables héros ? Sérieux ?

Parfois j’ai du mal à comprendre ce que signifie le mot divertissement pour certains…

Avant d’attaquer le listing des points positifs, je vous propose de visionner cette brève vidéo sur l’histoire du film :

Il est maintenant tant de vous dire pourquoi je suis tout de même sortie de la salle le sourire aux lèvres, contente d’avoir vu pendant 2h plein de DaïnossorRrrs !

Ma critique aurait pu s’en tenir à quelques mots, différents selon le point de vue choisi. Jurassic World c’est top parce que  :

Il y a des raptors (pour partir sur de bonnes bases incontournables).

Il y a un des bébés tricératops (si l’on ressort le côté mignon)

Les dinosaures et le parc sont stupéfiants (j’adore le sens du détail auquel s’est attaché l’équipe du film).

Il y a Omar Sy (si je fais appel à mon chauvinisme)

L’un des héros est interprété par Chris Pratt (si je ne contrôlais pas la femme qui est en moi).

Pourtant Jurassic World c’est bien plus que cela.

– C’est avant toute chose un hommage à Jurassic Park, bien que le réalisateur ait dit vouloir créer son propre film, son propre univers, une bonne majorité des scènes tourne autour des souvenirs de l’oeuvre de Spielberg. Il est vrai qu’il n’était pas forcément utile de terminer par un hurlement de T-Rex, mais après tout, cela m’a fait rire et penser au 1er volet donc pourquoi pas.

– C’est aussi un ensemble de personnages qui fonctionnent. Bien que tous assez clichés, une aventure, une histoire a besoin de héros qui évoluent. C’est ainsi que le spectateur s’attachera plus facilement aux protagonistes. On  a donc le gamin casse-coup qui est en fait très sensible vis à vis de sa famille, un adolescent rebelle qui s’adoucira pour sauver son petit frère, une responsable des opérations coincée qui finira par se lâcher et trouver l’amour, un dresseur dur à cuir qui s’avère être un vrai héros, un directeur de la sécurité qui voit dans les dinosaures une véritable arme de guerre, des seconds personnages plutôt drôles etc etc.

– C’est également un univers travaillé à la perfection. Que ce soit les dinosaures ou le parc lui même, tout semble si réel. J’imagine qu’ils se sont inspirés des plus grands parcs d’attractions, zoo et autre Marineland pour obtenir un tel rendu visuel et comportemental.

– Mais c’est surtout un concept génial : le dressage des velociraptors (non je ne dis pas ça parce que je suis fan et que le simple fait d’entendre leur cris me réjouissait). Le paradoxe entre les relations Homme/Animal actuelles et ces reptiles préhistoriques doit être intéressant à travailler, et, est en tout cas, très original à regarder.

Comme le reste de la saga, certaines scènes sont relativement violentes (Oui, beaucoup se font malheureusement dévorer). Ce n’est pas pour autant que le film manque d’humour. Les moments de légèreté assez réguliers nous permettent au moins de souffler un peu.

Bryce-Dallas-Howard-claire-jurassic-world-cinema-2015

En ce qui concerne le casting, bien qu’on en ait déjà un peu parlé, le reste de la troupe m’a assez surprise. Mise à part Chris Pratt (Owen, le dresseur de raptors) et Omar Sy (Barry, l’assistant dresseur), les autres ne sont pas des célébrités au sens où l’on aurait pu l’entendre pour un film si attendu du grand public.

Vous vous êtes peut-être d’ailleurs fait avoir par l’actrice principale qui n’est pas Jessica Chastain mais Bryce Dallas Howard (Claire, la responsable des opérations). Nombreuses sont les reviews citant la mauvaise comédienne dans le rôle de Claire.

J’ai trouvé que les enfant/ado n’étaient pas mauvais, Ty Simpkins (Gray, le petit) et Nick Robinson (Zach, l’ado) ; et cela m’a fait plaisir de voir à l’écran l’un des personnages de New Girl, Jake Johnson (bien que son rôle ne soit que secondaire).

Mon seul regret est d’avoir vu le film en VF bien entendu, mais également sans 3D. J’ai senti que le long-métrage était tourné pour cette technologie, la profondeur de champs ainsi que quelques plans d’actions semblent vraiment destinés à cette nouvelle technique de diffusion (Je me le referai peut-être avec ces bonnes conditions).

Bref, vous l’aurez compris, fan inconditionnelle de Jurassic Park,  Jurassic World n’égalera pas son prédécesseur, mais le bonheur de voir des dinosaures et d’être nostalgique pendant 2H en vaut vraiment la peine. Cet opus est de loin le 2nd meilleur de la série, alors n’hésitez pas, allez le voir sur écran géant !

En attendant je vais aller me refaire le 1 pour la 1000 ème fois et tenter de retrouver le jeu playstation du Monde perdu.

Saloute !

Ci-dessous la bande-annonce :

ps : j’ai oublié de parler de la musique de John Williams qui me donne à chaque fois des frissons. Cependant il est vrai que dans la première partie du film le thème musical est un peu trop utilisé à tout va. La musique est parfois épique mais pas le contenu. Bref, un simple détail à es yeux !

4 pensées sur “Jurassic World

  • 12 juin 2015 à 15 h 02 min
    Permalink

    J’adore !!! Bon ok le plan de l’hélicoptère m’a carrément dégouté. Un jouet en plein milieu pour montrer la grandeur de l’enclos, sans blague les gars ! Vous avez mis des millions et là un pauvre plan y’a que dalle. Bref.

    Sinon les raptors ils sont trop fous ! Le fait qu’on s’introduise comme cela en eux c’est incroyable.

    Et puis les acteurs moi j’ai bien aimé Claire. Bon ok elle n’aura pas d’Oscars mais on a vu pire il me semble…. non?

    Le dinosaure marin aussi, au début j’avais peur de ne le voir qu’une fois. Et puis il apparait subitement.

    Les rappels du 1er j’adore aussi. Ca montre aussi qu’ils n’ont pas voulu tout défaire et couper les ponts.

    Par contre je l’ai trouvé moins insoutenable que le 1er. Il y a un peu de stress mais beaucoup moins. Et puis moins de plans mythiques : le coup de la griffe du raptor dans la cuisine du 1er restera gravé (pour ma part).

    Merci pour ce moment !

  • 12 juin 2015 à 15 h 13 min
    Permalink

    Excellent article, quel chef d’oeuvre !

  • 12 juin 2015 à 15 h 21 min
    Permalink

    Merci 🙂

    Oui Laura, Bryce Dallas Howard est tout à fait à la hauteur pour ce genre de film !

    ps : Dans quelle animalerie peut-on avoir un velociraptor svp ?

  • 12 juin 2015 à 15 h 40 min
    Permalink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.