Jusqu’à la garde // Festival Traversées

Retour au festival Traversées pour un film que j’avais loupé en salle et que je suis heureuse de découvrir, « Jusqu’à la garde ». Premier film de l’homme de théâtre Xavier Legrand, ce long-métrage poignant a déjà été primé à plusieurs reprises :

  • Meilleur film/Montage/Scénario et actrice aux Césars
  • Lion d’argent de la mise en scène à la Mostra de Venise

Miriam et Antoine divorcent. Afin de protéger ses enfants d’un mari qu’elle accuse de violence conjugale, Miriam demande la garde exclusive de son fils, Julien. Malheureusement pour elle, le juge accordera la garde alternée à Antoine. Julien va alors se retrouver au beau milieu d’une situation ingérable, essayant tant bien que mal d’éviter le pire.

jusqu-a-la-garde-xavier-legrand-cinema-traversee-festival

Je suis heureuse de voir que ce genre de thématique est porté à l’écran. Xavier Legrand réussit la prouesse de parler de ce sujet délicat et parfois tabou avec force.

Sa mise en scène et son scénario sont tout simplement parfaits. Ni trop ni pas assez. A la manière d’un documentaire le final terrifiant et d’une efficacité incroyable.

Le film ne se résume qu’au travers de quelques séquences et finalement peu de violence, mais tellement puissantes. Les plans, d’une durée semblant interminable, sur les personnages font régner le malaise en salle. On stresse, on angoisse, on a peur. Le public est bouleversé, le message est passé.

Et puis quel casting ! Léa Drucker (Miriam) dans une rôle bien plus dramatique qu’à son habitude est bluffante. Denis Ménochet (Antoine) est fidèle à lui même, c’est à dire très bon ! Et le jeune Thomas Gioria (Julien) est extraordinaire. Les scènes de voiture avec lui pose l’atmosphère malsaine du film. J’espère qu’il ne sera pas traumatisé par cette expérience qui semble l’avoir lui aussi pris au trippes.

Bref, choc, étouffant, le genre d’oeuvre à voir absolument !

Ci-dessous la bande-annonce :

PS/ Je me suis réfugiée par moment dans une certaine légèreté en ayant retrouvé notre farfadet national, Mathieu Saïkaly, qui interprète le copain de la fille de Miriam, Joséphine (Mathilde Auneveux).

3 pensées sur “Jusqu’à la garde // Festival Traversées

  • 4 avril 2019 à 14 h 10 min
    Permalink

    Merci pour ton article je découvre un film dont je n’avais jamais entendu parler. Ce festival à l’air vraiment pas mal 🙂

  • 4 avril 2019 à 14 h 14 min
    Permalink

    Oh!? C’était le prix du meilleur film au César cette année 🙂

  • 4 avril 2019 à 14 h 42 min
    Permalink

    Ah bon ! Je suis démasquée je ne regarde pas les Césars 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.