La belle époque // Cannes 2019

Image titre : Copyright Julien Panié / Pathé Distribution

Dernière visite au Grand Théâtre Lumière cette année pour un film hors compétition « La belle époque ». Ecrit et réalisé par Nicolas Bedos, la montée des marches de la veille présentait tout le gratin du cinéma français.

(La troupe de Monsieur Canet en a d’ailleurs profité pour se faire un peu de com pour Nous finirons ensemble)

Connaissant les dons d’écriture du cinéaste, et appréciant plutôt son casting, je me disais qu’une petite comédie ne nous ferait pas de mal.

Wouhaaaa ! Wouaouh ! « La belle époque » est bien plus que cela. Autobiographie prétentieuse pour certains, le long-métrage n’est pas une simple comédie romantique standard mais un travail psychologique sur des personnages égarés dans leurs émotions. L’auteur nous le présente sous une tournure captivante. C’est réussi. Très réussi. Très très réussi !

Victor, un dessinateur célèbre il y a quelques années, est désabusé par le monde dans lequel il vit. Afin de lui faire revivre ses plus belles années, son fils décide de lui offrir une journée à l’époque de son choix grâce à Antoine. Antoine étant un jeune entrepreneur mélangeant divers artifices afin de plonger ses clients dans la période historique qu’ils souhaitent. Et Victor fera un choix qui lui ressemble. Revivre il y a 40 ans, le jour de sa rencontre avec son grand amour…

La-Belle-Epoque-Nicolas-Bedos-passe-present_daniel_auteuil_doria-tillier
Copyright Droits réservés

Nicolas Bedos signe avec cette seconde réalisation un petit chef d’oeuvre.

Le réalisateur semble s’être inspiré de sa vie, de son entourage pour nous proposer ce long-métrage. Un homme dépassé par son temps, un couple proche de la cassure, les regrets du bon vieux temps. Un scénario complexe au possible et pourtant, je n’y ai vu aucune faute.

C’est techniquement remarquable. Car bien que cela se passe de nos jours, il aura tout de même fallu mettre en place un tournage sur deux époques.

L’auteur nous fait passer du rire aux larmes avec une aisance indéniable. Chaque personnage nous touche. Il faut dire que l’équipe de comédiens est incroyable, le cinéaste a su s’entourer. Daniel Auteuil (Victor) est bouleversant, vrai. Doria Tillier (Margot), Guillaume Canet (Antoine), Fanny Ardant (Marianne) et Denis Podalydès (François) sont à la hauteur de leur talent.

Bref, je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur cet avis. J’ai tout simplement adoré ! Un cinéaste brillant qui manie habilement les sentiments.

Le film sera en salle le 6 novembre prochain. Notez cette date. Il ne faudra pas le louper !

Ci-dessous la bande-annonce :

2 pensées sur “La belle époque // Cannes 2019

  • 3 juin 2019 à 13 h 35 min
    Permalink

    Vu le casting je ne peux que dire oui 🙂
    Après l’histoire m’emballe peu au premier abord mais je te fais confiance sur ce coup là ^^

  • 3 juin 2019 à 22 h 31 min
    Permalink

    Oui, n’hésite pas à regarder la bande-annonce. J’ai des doutes quant à ma capacité à vendre un synopsis ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.