Consultez nos archives

Je me suis totalement faite avoir par l’oeuvre de Marie-Castille Mention-Schaar « La fête des mères ». L’affiche me faisait penser à des films tels que Happy New Year, Valentine’s day, mais pas du tout. Le long-métrage est totalement inscipide. La vie de chacun des personnages, leur caractère, aurait pu être pétillant, captivant. Mais tout est finalement asetptisé empêchant tout rythme, rebondissement, de s’installer. 

Ne faites pas comme moi, ne vous faites pas piéger par un synopsis malin mais une oeuvre loin d’en être à la hauteur.

Qu’elles soient présidente, professeur, boulangère, fleuriste, sans emploi, toutes ces femmes débordées, aimantes, fragiles, sont avant tout des mamans. Elles nous aiment, nous énervent, on souhaite qu’elles nous quittent puis qu’elles reviennent, jusqu’au jour où c’est notre tour de se lancer dans se nouveau rôle d’une vie qu’est d’être mère.

la-fete-des-meres-comedie-cinema-seance-prod

Comment est-ce possible de râter un film avec tout ce potentiel ?

A commencer par son casting de rêve :

Audrey Fleurot (Anne), Clotilde Courau (Daphné), Olivia Côte (Nathalie), Pascale Arbillot (Isabelle), Carmen Maura (Thérèse), Nicole Garcia (Ariane), Jeanne Rosa (Blanche), et le talentueux Vincent Dedienne (Stan).

On a quand même du lourd niveau actrices francophones. Pourtant, certaines ne semblent pas à leur place. Ou étaient-elles mal dirigées ?

Et puis cette thématique tendre, qui pouvait facilement suivre les difficultés de femmes totalement différentes sur cette journée qu’est la fête des mères… Vraiment je ne comprends pas, ce long-métrage qui se voulait/pouvait être émouvant reste totalement plat. Les personnages ont même réussi à me repousser. Je ne voulais plus les voir.

Je n’ai trouvé aucune sensibilité dans ce film, hormis quelques scènes pathos au possible qui ont le don de m’agacer.

Le seul point positif qu’était la musique, m’a également eue à l’usure. J’adore Une chanson douce, mais l’avoir en boucle pendant prêt d’1h40 a fini par m’horripiler.

Bref, un incompréhensible loupé. Passez votre tour, en espérant que la réalisatrice nous propose quelque chose de plus savoureux la prochaine fois.

  • Laura Août 28, 2018

    Merde le casting était dingue pourtant.

  • Mary Août 28, 2018

    Ouais, M****, c’est le mot !

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*