Consultez nos archives

Certains doivent déjà le savoir, mais Jean-Jacques Annaud est l’un de mes cinéastes favoris. Il a osé se confronter aux puristes du cinéma français et n’a jamais eu peur de se lancer dans des projets dont les budgets seraient dignes des grandes réalisations américaines. J’avais eu le plaisir de le rencontrer lors de l’avant-première d’Or Noir il y a déjà 4 ans. Le réalisateur avait répondu aux questions du public et nous avait même adressé quelques mots en privé. Il nous avait aussi mi l’eau à la bouche en nous parlant d’une nouvelle aventure réalisée dans un décor exceptionnel. Il avait à l’époque déjà trouvé le lieu puisqu’il alternait ses voyages promotionnels avec son repérage asiatique.

Une fois de plus J.J Annaud ne m’aura pas déçu. Ses films sont toujours à la hauteur de ses ambitions remarquables. « Le dernier Loup » est un long-métrage relativement dur mais dont le message est clair et les images superbes. Attention aux âmes sensibles, le metteur en scène ne passe pas par quatre chemins pour dénoncer certaines cruautés.

En 1969, deux jeunes étudiants originaires de Pékin sont envoyés en Mongolie afin d’instruire les peuples nomades. Chen, l’un des deux jeunes hommes se rendra rapidement compte qu’il a beaucoup à apprendre sur la vie. Il s’intègrera rapidement aux familles de bergers qui lui enseigneront les croyances, coutumes et règles des steppes. Chen se prend alors de passion pour les loups, créatures vénérées par les tribus, jusqu’au jour où un représentant de l’autorité régional vient donner l’ordre d’éliminer toutes les bêtes de la région. C’est tout un équilibre naturel qui risque d’être bouleversé !

wolf-le-dernier-loup-jean-jacques-annaud-animaux-cinema

Adapté du roman semi-autobiographique du chinois Lu Jiamin, « Wolf Totem » (l’un des livres les plus vendus en Chine après Le petit livre rouge de Mao), le réalisateur n’a pas hésité à s’expatrier pour raconter une histoire vraie et poignante.

Apparemment les chinois ne sont pas rancuniers puisqu’ils ont accueilli le réalisateur malgré une dernière collaboration mouvementée. Le cinéaste s’était fait bannir du pays pour sa peinture de l’oppression chinoise sur les tibétains dans le film Sept ans au Tibet.

Il nous présente une fois de plus un sujet très politique : la sédentarisation des peuples nomades. Mao envoyait de jeunes étudiants instruits passer de nombreuses années dans les steppes afin de procéder à un échange culturel préparant ainsi une domination des activités agricoles. Ici, on se rend compte que cette politique environnementale est un véritable désastre, aussi bien pour les peuples mongoles que pour les animaux sauvages. Cela engendra de véritables catastrophes écologiques

Si vous ne l’avez pas déjà vu, je vous conseille ce mini-documentaire qui montre l’impact des loups sur notre environnement (A voir ICI).

le-dernier-loup-jean-jacques-annaud-3

Pour nous faire prendre part à ces actions difficiles, J.J Annaud dévoile des images pouvant sembler très barbares. Ainsi, après avoir vu la bouille choupie de louveteaux adorables, on découvre les tribus Mongoles obéissant aux ordres et donc tuant chaque animal trouvé dans les steppes. Je ne me remet pas de ces images de lancés de louveteaux, bien que je trouve que si l’histoire dit vrai, les peuples mongoles avaient au moins la sagesse, la croyance de rendre ces animaux à leur dieux (contrairement aux demandes politiques qui n’avaient aucune conscience des conséquences des actes demandés).

Ainsi, beaucoup de loups sont tués (fictivement) durant le film, mais cela aide à accuser ces agissements ayant bien eu lieu il y a déjà plus de 40 ans. L’auteur lance une sorte de cri d’alarme et de message d’espoir afin que cela ne se reproduise jamais.

Les loups sont présentés comme de vrais guerrier, de vrais dieux de la nature. L’équipe s’est d’ailleurs exercée aux images numériques et certains plans sur les animaux sont vraiment magnifiques.

le-dernier-loup-jean-jacques-annaud-cinema

J’ai tout de même eu une petite déception technique car certaines images de synthèses sont vraiment affreuses (ex : oie tuée en plein vol n’est absolument par réaliste.).

L’autre point technique qui m’a déplu concerne les marionnettes utilisées pour remplacer les loups dans des scènes de combats. Certaines sont si horribles qu’il est impossible de croire une seule seconde à la scène (du moins pour moi, car apparemment nombreux sont ceux que cela n’a pas gêné). Je pense par exemple au loup tué par un chien, ou aux chevaux coincés dans le lac… On aurait dit que le carrousel du village du coin s’était éclaté dans la neige…

Enfin… cela permet un grand respect des animaux pour des scènes qui auraient été délicates. J’ai quand même était mal à l’aise lors de certaines séquences telles que celles où petit loup est tiré par sa chaine. Mais il semble que tout se soit bien passé pendant le tournage entre les animaux et le réalisateur. Le cinéaste semble se lancer des challenges, après les ours, les tigres et maintenant les loups, quelle sera la prochaine espèce dangereuse qu’il souhaitera défendre à nos yeux ?

Contrairement à L’ours ou Deux frères, il n’humanise pas les loups mais les laisse à leur place d’animal, élément indispensable pour l’équilibre de la nature. Il aura donc fallu garder cette distance lors du tournage. Mars Distribution a d’ailleurs partagé quelques images du making of qui permettent de se rendre compte du travail accompli par toute une équipe de spécialistes.

le-dernier-loup-jean-jacques-annaud-cinema-dresseur-animaux

Hormis cette thématique, ce sujet fort qui m’intéresse en tout point, l’esthétique du film est superbe ! Les décors, les environnements sont magnifiques.

J’ai parfois été dérangée par des effets de zoom en pleine nature, mais cela n’a changé en rien le traitement pur apporté aux images du pays.

Les steppes sont sublimées, j’ai vraiment envie de voir de mes propres yeux ce morceau de Terre qui semble encore sauvage.

Puisque je vous parle d’images depuis tout à l’heure, en voici un aperçu :

wolf-le-dernier-loup-jean-jacques-annaud-cinema-film-2015-mongolie

wolf-le-dernier-loup-jean-jacques-annaud-superbe-decors

wolf-le-dernier-loup-paysages-jean-jacques-annaud-cinema-film-2015-mongolie

Dernières choses notables sur le long métrage, la bande-originale et les détails.

James Horner (Titanic, Le nom de la Rose, Balto …) a composé la musique du film. Le thème principal est vraiment prenant, il m’est resté en tête toute la soirée.

Quant au sens du détail, j’ai trouvé cela malin d’appliquer à l’un des loups une marque blanche. Cela permettait au spectateur de repérer le loup dominant et donc d’être un peu plus proche de cette meute hostile puis amicale.

le-dernier-loup-jean-jacques-annaud-cinema-male-dominant-meute

Pour terminer je vous conseille absolument de voir le film en VO, les acteurs passent pour des mauvais en français alors qu’ils sont tout à fait à la hauteur dans leur langue d’origine : Feng Shaofeng (Chen), Shawn Dou (Yang Ke), Ankhnyam Ragchaa (Gasma), Basen Zhabu (Bilig), Yin Zhusheng (Bao Shunghi) etc…

Bref, une aventure magnifique mêlant respect des animaux et discours politique à voir sans hésitation !

Ci-dessous la bande-annonce :

  • Laura Mar 20, 2015

    Je vais le voir lundi soir. Mais j’ai peur de pleurer durant tout le film…
    Après je ne suis pas très douée en réalisateur, je n’ai pas vu les films précédents de Jean-Jacques Annaud mais je te fais confiance sur la qualité de ses films.

    Les paysages ont l’air superbe. Et j’avais vu un documentaire sur le tournage et notamment le dressage des loups assez complexe.

    Merci pour l’article, j’ai encore plus envie d’aller me rendre au ciné !

  • Mary Mar 20, 2015

    Certaines scènes sont assez éprouvantes à regarder mais après coup on comprend vite leur intérêt !
    Hmmm tu as du voir sans le savoir des films de J.J.A peut-être : L’ours ? Deux frères ? Le nom de la rose ? Sept ans au Tibet ? La guerre du feu ? L’amant ? Stalingrad ? etc…

  • Laura Mar 20, 2015

    Heu….. Pas que je sache, oui je sais c’est inadmissible, quelle honte, il faut remédier à cela ce week-end !

  • Mary Mar 20, 2015

    A oui lance toi, certains (voir tous) sont des grands classiques ! Te connaissant tu devrais adorer Stalingrad 🙂

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*