Le Hobbit : la Désolation de Smaug

Image titre : Dragon Smaug, Copyright Warner Bros.

Il nous aura fallu une semaine pour écrire notre article sur l’avant première de « La Désolation de Smaug », oui vous pouvez nous huer car vous vous êtes certainement déjà rendus au cinéma pour voir le second volet de la saga du Hobbit.

Pour commencer, nous allons vous parler de l’ambiance de la soirée et de son organisation qui était un véritable carnage (oui, ça ne nous met pas forcément dans de bonnes conditions pour visionner 2 films de quasiment 3h).

Comme pour toutes les soirées du genre, le cinéma affichait complet pour le Hobbit 2, est n’en était pas loin pour la rediffusion du Hobbit 1. Il fallait donc se rendre de nombreuses minutes en avance pour obtenir une bonne place en salle. Jusque là tout allait bien, « Le Hobbit : un voyage inattendu » nous en aura à nouveau mis plein la vue (oui nous sommes toujours bluffés par la technique, le rythme et le réalisme de ce long-métrage. Et puis… on aime chanter avec les nains !).

Bilbon-martin-freeman-Copyright Warner Bros
Copyright Warner Bros.

C’est donc à la fin de cette séance que la panique a véritablement commencé…

Le Gaumont Multiplexe de Montpellier n’ayant pas prévu le coup, nous étions tous obligés de sortir de la salle pour rester ensuite entassés plus d’une demi-heure devant les portes de cette même salle. Non seulement le temps de pause entre les deux films était donc restreint à une file d’attente digne des plus grandes fosses de concerts, mais de plus, une seule salle était prévue pour la diffusion du film, ce qui désavantageait les personnes n’ayant réservé que pour le second film ! Nous vous abrègerons la séance de scan des places, puisque leurs machines ne captaient évidemment pas le wifi à l’intérieur des salles de ciné, c’était la cohue, l’horreur, l’angoisse, bref, affreux !

Heureusement que l’ambiance était au rendez-vous ! Les fans étaient déguisés, un tournoi à l’épée a eu lieu avant le début du second opus, et l’amicale du Geek nous a diffusé une série de publicités parodiques assez drôles qui ont immédiatement détendu l’atmosphère.

Commence alors « Le Hobbit : la désolation de Smaug ».

Bilbon continue son extraordinaire aventure : aider les nains à récupérer leurs terres et leur or toujours sous l’emprise du terrible dragon Smaug. Avec l’aide de Gandalf le gris, ils feront face aux forces maléfiques de la terre du milieu. Mais Bilbon a un secret, un anneau volé à Gollum qui lui donne un pouvoir encore inexpliqué…

hobbit-desolation-smaug-nain-Copyright Warner Bros
Copyright Warner Bros.

Bien, bien bien… nous ne referons plus jamais ce genre d’évènement, entrer dans un cinéma à 19H30 et en partir à 3h15 sans vraiment avoir le temps de prendre l’air n’était pas une bonne idée. La salle étant pleine, il devait bien faire 30°, nous nous endormions et avons donc lutté jusqu’à la fin…

Pourtant, nous sommes persuadés que cela ne vient pas du film car nous avons envie de le revoir et pourrions même vous dire que l’on a adoré !

C’est toujours aussi beau et les acteurs sont toujours parfaits (voir ICI le casting), on retrouve d’ailleurs Legolas (interprété par Orlando Bloom) que l’on suivait autrefois dans le Seigneur des Anneaux.

desolation-of-smaug-hobbit-peter-jackson-legolas-arc-elfe-foret-orlando-bloom
Copyright Warner Bros Entertainment

Le rythme est également bien soutenu, malgré les reproches faits au réalisateur Peter Jackson sur le fait de « broder entre les lignes », le scénario tient la route sans que l’on s’ennuie un seul instant. Comme d’habitude, le cliffhanger est maitrisé puisque la fin est frustrante mais attrayante. Bo*** de m****,  vivement le 3ème !!!! Au moins, le dernier volet de la trilogie est très bien amené, et nous sommes déjà surexcités à l’idée de connaitre la fin de l’histoire l’an prochain.

Parlons un peu de Smaug. Il nous a d’abord fait penser à « Coeur de Dragon », puis, nous trouvions qu’il parlait un peu trop… Mais après réflexion, il joue bien son rôle de dragon, et est superbement fait ! Chapeau à l’équipe des FX !

Dernier point, nous avions peur de ne pas supporter la 3D pendant 6h d’affilée ; au final, aucun souci, nous ne nous en rendions même pas compte. Par contre la version HFR (High Frame Rate : 48 images seconde) est toujours aussi étrange, nous avions encore l’impression de voir un jeu vidéo ou un film accéléré bien que Monsieur Jackson disait l’avoir améliorée. La version 3D classique est peut être plus agréable…

Bref, encore une formidable réalisation qui viendra s’ajouter à la série Hobbit/Seigneur des Anneaux, à voir et revoir dès que possible !!!

Ci-dessous, la bande-annonce :

PS : En bonus la musique du générique « I see fire » d’Ed Sheeran.

2 pensées sur “Le Hobbit : la Désolation de Smaug

  • 17 décembre 2013 à 16 h 21 min
    Permalink

    J’ai adoré le passage des tonneaux vivement le 3!

    (Reported from Facebook)

  • 25 décembre 2013 à 17 h 57 min
    Permalink

    Je vois que beaucoup de cinéma ont fait la même chose !
    J’y suis allée le lendemain de sa sortie et j’ai eu droit à un court métrage d’une école de cinéma. C’était sympa mais rien à voir avec The Hobbit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.