Les Chatouilles // Cannes 2018

Dernière séance du jour avec « Les chatouilles » un film d’Andrea Bescond et Eric Métayer.

Je dois dire que j’ai principalement souhaité voir ce film pour 2 raisons :

  • La présence de Gringe
  • Découvrir un autre théâtre du Palais, Claude Debussy (tout aussi beaux que les précédents d’ailleurs).

C’est en découvrant le synopsis très dur, que je me suis demandée si j’allais pouvoir supporter ce sujet.

Quoi qu’il arrive nous nous sommes lancés dans l’aventure pour une montée des petites marches à 22h.

Ouch ! Une claque de plus. 3 films, 3 réussites aujourd’hui.

Odette a 8 ans. Elle aime la danse et le dessin. Pourtant, Gilbert, l’ami de ses parents lui propose un autre jeu : les chatouilles. Après tout, c’est l’ami de ses parents, pourquoi en avoir peur. C’est seulement en grandissant qu’Odette décidera de se confier et de se libérer grâce à la danse.

Les-chatouilles_Andrea-Bescond-Eric-Metayer-gringe

Il faut savoir que « Les chatouilles » est avant tout une pièce de théâtre écrite et mise en scène par Andrea Bescond, la femme d’Eric Métayer, ayant elle même subit des attouchements étant enfant.

Le film est extrêmement difficile. Pierre Deladonchamps joue très bien. Si bien que certaines personnes sont sorties de la salle après quelques minutes de projection (et qu’on avait envie de le frapper lorsque l’on s’est retrouvé à ses côté en sortant de la séance).

Ce qui est beau, c’est que la réalisatrice réussit à traiter un tel sujet de manière tendre et astucieuse. De nombreuses idées sont en place. Notamment le parallèle entre souvenir et réalité qui est très intéressant et permet de nombreuses transitions graphiques. On sent qu’il s’agit là d’un premier film, car il y a plein de petits défauts bourrés de charme. Mais cette envie de bien faire, de traiter chaque plan, a du bon. Vraiment j’applaudis.

Toute l’équipe était présente : Andréa Bescond (Odette) et Eric bien évidemment, mais aussi Clovis Cornillac (le papa d’Odette), Karin Viard (la maman d’Odette), Pierre Deladonchamps (Gilbert, l’ami des parents), Ariane Ascaride (Madame Maloc), Gringe (Manu, le meilleur ami), Carole Franck (la psychologue), et Gregory Montel (Lenny, le petit ami) et enfin, Cyrille Mairesse (Odette enfant).

Une rapide présentation en amont, des applaudissements à n’en plus finir à la fin, et des acteurs totalement abordables (même si nous, on leur souriait sans oser les déranger), je crois que cela résume bien l’efficacité de cette soirée.

Bref, un film délicat, abordé d’une manière simple, efficace et touchante. A voir. Vraiment (mais soyez prévenu, certaines scènes restent difficiles bien que tout soit suggéré, jamais montré). RDV en salle le 14 novembre prochain.

Ci-dessous la bande-annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.