Les crevettes pailletées – Avant-première

Je ne connaissais pas du tout le synopsis du film « Les crevettes pailletées » avant de me procurer la place. Le titre était drôle, l’affiche était fun, je me disais que cela ne pouvait pas être pire que Walter.

Et bien quelle surprise ! Les réalisateurs Cédric Le Gallo et Maxime Govare s’en sortent sans la moindre difficulté (du moins pour ce qui est du résultat).

Malgré un sujet qui pourrait être tabou ou stéréotypé un max, ce long-métrage a su rester humble, présent pour divertir et nous faire passer inconsciemment les valeurs du vivre ensemble, bravo !

Après avoir tenu des propos homophobes auprès d’un journaliste sportif, le nageur et compétiteur international Matthias Le Goff est condamné à entraîner l’équipe des crevettes pailletées, une équipe de water polo gay et plutôt indisciplinée. Ils atterriront tous ensemble en Croatie afin de participer au Gay Games, le plus grand rassemblement sportif homosexuel au monde. Matthias apprendra petit à petit à les connaitre, remettant aussi en question nombreux de ses principes de vie…

les-crevettes-pailletees-avant-premiere-comedie-francaise-seance-prod-sorti-salle-8-maii-alban-lenoir
Copyright Thibault Grabherr

J’appréhendais tellement cette thématique. Il n’est pas rare de tomber dans le ridicule, l’odieux et le vulgaire. Ici les deux cinéastes ont réussi à nous parler de sujets profonds avec une grande légèreté.

Effectivement, on connait le dénouement de l’histoire dès les premières minutes, mais peu importe, ce road movie fait du bien.

La folie n’a pas tardé à nous rejoindre, les émotions étaient intenses (sortez les mouchoirs pour la séquence finale), et la bande d’acteurs semblaient terriblement soudés.

Lorsque le générique s’est mis à défiler, l’équipe est venue nous rejoindre en salle : Maxime Govare, Michaël Abiteboul (Cédric), Geoffrey Couët (Xavier), Romain Lancry (Damien) et le jeune Félix Martinez (Vincent). Le public semblant cinéphile et averti cette fois ci-, la séance fût fortement intéressante.

Alban Lenoir (Jean) était absent, #Tristesse, mais j’espère le voir prochainement passer sur Montpellier. Nicolas Gob (Matthias), David Baiot (Alex) et Romain Brau (Fred) manquaient aussi à l’appel.

D’ailleurs, en parlant de ce 2nd Romain, nous avons appris qu’il était travesti dans son quotidien et qu’il faisait partie du cabaret Madame Arthur à Paris. Un personnage déjanté dans le film qui l’est apparemment aussi dans la vraie vie.

Pour vous résumer rapidement les anecdotes de la soirée :

  • Les acteurs nous ont avoué s’être entrainé avec la vraie équipe des crevettes 2 mois avant le tournage. Mais il leur aurait fallu toute une année pour avoir un niveau de water-polo acceptable.
  • Malgré une cohésion indiscutable à l’écran, le tournage ne fût pas funky tous les jours. Ce côté extraverti a du exacerbé les mauvais caractères, et il n’était apparemment pas rare que quelques coup de gueule soient poussés.
  • Malgré le « CV » de Geoffrey, il nous a avoué avoir été très gêné par la scène « cul nu ». Heureusement que pendant le tournage ce dernier était dos au reste de l’équipe.
  • Inspiré des véritables Crevettes Pailletées (qui ont adoré le film), les co-réalisateurs n’ont pas pu porter à l’écran l’entièreté de leur histoire. Cela aurait paru trop invraisemblable (ce sont des dingues !).
  • Maxime nous expliquait qu’avoir sa vision d’hétérosexuel, mélangée à celle d’un homosexuelle (Cédric), a sûrement permis d’obtenir un ton juste (c’est par ailleurs la production qui les a fait se rencontrer).
les-crevettes-pailletees-avant-premiere-comedie-francaise-seance-prod-sorti-salle-8-mai
Copyright Thibault Grabherr

Mais, la question que tout le monde se posait était : « Comment se fait-il qu’une oeuvre si proche du Grand Bain, sorte si peu de temps après au cinéma ? ».

L’équipe avait tout un argumentaire :

  • Le choix d’un thème relativement identique est un total hasard. Le réalisateur justifie cela par une période où le vivre ensemble est essentiel. Présenter un groupe libre et soudé apporte un vent de fraicheur à notre société.
  • Ils nous ont ensuite indiqué être financés en partie par Canal+ comme la plupart des films français. Les crevettes pailletées a été écrit peu de temps avant Le Grand Bain, mais l’écart s’est creusé au moment des financements. Lors de la rencontre avec Canal, ces derniers leur ont indiqué avoir déjà un film proche de ce sujet, avec un gros casting. Etant tout de même partant, ils leur ont demandé d’attendre 1 bonne année pour la sortie.

Le hasard fait bien les choses, ça m’étonnera toujours de voir des films si ressemblants sortir en même temps au cinéma (le pire je crois, étaient les deux remakes de La Guerre des Boutons). Les tendances sociales nous atteignent jusque dans l’Art. C’est bluffant. Nous, petit humain, fonctionnons donc tous de la même manière. Etant réceptifs aux mêmes émotions…

Quoi qu’il en soit, le film est drôle et n’est en aucun cas une moquerie des LGBT. D’ailleurs, le groupe d’organisation de la Gay Pride Montpelliéraine les a conviés à défiler cet été.

Bref, une comédie prévisible qui efface ses défaut grâce à son dynamisme et sa positive attitude débordante.

Félicité par le « prix spécial du Jury » au festival de l’Alpe d’Huez, ce joli long-métrage sortira au cinéma le 08 mai prochain.

Ci-dessous la bande-annonce :

2 pensées sur “Les crevettes pailletées – Avant-première

  • 11 mars 2019 à 9 h 57 min
    Permalink

    Ce film a l’air génial 🙂 Vu l’affiche je dis oui aussi !

  • 11 mars 2019 à 12 h 55 min
    Permalink

    Prépare toi à aller en salle le 08 mai prochain 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.