Consultez nos archives

Après le succès de « The Artist » aux Césars 2012, avant la cérémonie des Oscars de ce soir, nous souhaitions faire un petit hommage à Jean Dujardin.

Acteur aux mimiques incontestablement réussies dans le dernier film de Michel Hazanavicius , nous l’avons découvert sous une autre facette dans son prochain film, « Les infidèles« .

En avant-première au Gaumont Multiplexe de Montpellier le 10 février dernier, voici nos impressions avant la sortie officielle du film, mercredi prochain.

infideles-jean-dujardin-gilles-lellouche

Film à Sketchs (pas moins de 7 réalisateurs étaient au rendez-vous – et une seule femme, Emmanuelle Bercot), « Les infidèles » est une excellente comédie. Parfois gênante, soit, mais qui ne mérite pas tout le mauvais bruit, qu’elle a pu engendrer (Pour rappel : l’association « les chiennes de garde », a attaqué l’équipe, trouvant les affiches du film plutôt dégradantes pour la gente féminine).

les-infideles-film-lellouche-dujardinDans tous les cas, l’équipe semble s‘être amusée,  c’est ce que nous avons ressenti et que nous a confirmé Gilles Lellouche, présent à cette première diffusion du film au grand public. (Jean Dujardin n’était malheureusement pas présent, appelé aux USA pour Saturday Night Live, émission essentielle dans sa course à l’Oscar).

alexandra-lamy-les-infideles-filmBref, des sketchs hilarants (on pense par exemple aux « infidèles anonymes »), d’autres gênants mais extrêmement bien interprétés (une mention spéciale pour Alexandra Lamy) et des acteurs surprenants (Guillaume Canet est parfait dans son rôle d’élève modèle).

Enfin, une comédie « comme on aime », qui vous fera passer un bon moment et laissera place à la discussion en sortant !
NB : Nous n’avons bien évidemment pas pu nous empêcher de remarquer les placements produits du film. Des exemples ? Red Bull, Ray Ban ou encore Levis… Alors, les remarquerez-vous ?

Bande-annonce :

  • Laura Fév 26, 2012

    L’avant première avec Gilles Lellouche était bien sympa.
    Pour le film, la partie sur l’hôtel était aussi gênante. Après je pense que de nombreuses personnes se reconnaitront dans les différents sketchs.
    Un Guillaume Canet au top (qui démolit un peu son image beau gosse 🙂 )
    Côté casting filles, de jolis rôles et vraiment bien joué!!!

  • Perle Fév 26, 2012

    Je n’ai pas vu ce film mais j’ai lu quelques critiques sévères sur le traitement « comique » de l’adultère. Je me demandais si il existait des études sur le comportement d’un consommateur exposé à un placement produit dans un film qu’il n’avait pas aimé ou qui ne correspondais pas à ses « aspirations ». On s’entend que les hommes rêvent d’être James Bond ou George Clooney dans la plupart de ses rôles.
    A-t-il une image perçue négative du produit?
    Dans un film comme celui ci qui traite un sujet « tabou » et dé-complexifie un acte de tromperie, est-il judicieux de faire du placement produit?

    Dans tous les cas, le film va faire parler de lui et les marques souhaitent être vues mais jusqu’à quel point et dans quelles circonstances?

    Et pour poser une dernière question relative aux Oscars, y-a-t-il beaucoup de film oscarisés qui contiennent du placement produit? Il me semble que les jurys privilégient souvent les films « sans marque », j’ai en tête Black Swan et La môme.

    Merci pour cet article, j’ai hâte de voir Les Infidèles sur les écrans québécois !

  • Mary Fév 26, 2012

    Que de bonnes questions !

    Bien évidemment, la marque pourrait craindre une image négative du film, puisque le placement produit agit sur l’affectif d’une marque, sur sa notoriété. (Malgré tout ce que l’on a pu voir sur la toile, le film a été bien accueilli par le cercle des professionnelles du cinéma, à voir donc, ce qu’il en sera avec le grand public).

    Je pense qu’il est très judicieux d’intégrer des placements produits dans une comédie, puisque le spectateur reste dans des conditions d’attention idéales (bonne humeur, joie de vivre) pour percevoir l’image d’une marque.

    Quant à la question relative aux oscars, il semblerait que cela ne joue pas, puisque dans quasiment tous les films nous pouvons voir du placement de produit (que ce soit oral ou visuel). Alors bien évidemment si l’on prend l’exemple de l’année dernière, avec la victoire du « Discours d’un roi », film historique, il sera ici bien plus difficile de placer des marques actuelles.
    Dans le cas des infidèles, Jean Dujardin porte un jean Levi’s et des Ray Ban, quoi de plus classique que dans la vie quotidienne, sauf que lui, dans le film, c’est un sacré séducteur parisien 🙂

  • Laura Mar 2, 2012

    Résultats des critiques : mitigées.
    Les femmes aiment et détestent, pareil pour les hommes.
    C’est marrant les femmes, défendent les hommes à la sortie des salles, peut-être que les Infidèles pourraient se tourner au féminin????

  • Mary Mar 3, 2012

    Oui, je m’attendais à quelque chose de plus enjoué.
    Effectivement quand on regarde les notes spectateurs, on arrive à une moyenne autour de 3/5 (ceux qui ont adoré sont très rares). Les gens on rit mais trouve le film « dérangeant ».
    On a même pu lire : « il faut bien choisir la personne avec qui on va le voir » !

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*