Consultez nos archives

Ouiiii, un dessin-animé ! Cela faisait beaucoup trop longtemps que je n’en avais pas vu au cinéma (je crois que le dernier en date était Coco il y a 6 mois -_-).

J’avais longuement entendu parler de « Mutafukaz » pour diverses raisons. Un ami m’en avait parlé il y a plus d’un an. BD initialement sortie des studios d’Ankama, les réalisateurs Shoujirou Nishimi et Guillaume « Run » Renard (auteur de la BD également) ayant porté sur écran cette story, cherchaient de potentiels diffuseurs.

Un an après, Mutafukza se retrouve projeté sur de nombreux écrans en France. Et quel bonheur ! Un film d’animation totalement déjanté, dont l’univers très particulier et sans limite m’a vraiment accrochée.

Angelino, jeune loser habitant la ville de Dark Meat City, passe sa journée à livrer des pizzas.  Chaque soir, il se réfugie dans sa collocation miteuse aux côtés de Vinz et de ses cafards domestiques. Mais, depuis son récent accident de scooter, Angelino a très souvent mal à la tête… Il a le sentiment d’avoir constamment des hallucinations, plutôt réalistes. Mais Angelino va rapidement se retrouver être la cible d’un gang d’homme en noir, prêt à tout pour le détruire… Pourquoi ?

Mutafukaz-ANKAMA-dessin-anime-orelsan-gringe

Il est vrai que ce film est un ovni total. Les nombreuses références (western et autres) ainsi que la folie que nous proposait ce scénario m’ont plus. Ça ne s’arrêtait jamais. Et je dois dire qu’il est totalement jouissif de profiter d’une oeuvre si originale aux tendances hip hop contemporaines.

Techniquement, c’est sûre qu’il faut adhérer aux character design. Cette petit bouille noire peut déplaire. De mon côté j’ai apprécié ces graphismes inhabituels. Et le choix de l’animation traditionnelle, donnait vraiment cette sensation d’être proche du papier, et lui apportait tout son charme.

Je me demande si le succès de l’oeuvre n’est pas lié aux succès de ces deux comédiens voix, à savoir : Orelsan (Angelino) et Gringe (Vinz) (pour qui on dirait que les personnages ont été créés sur mesure). C’était un choix stratégique judicieux. Et puis, il faut dire que l’équipe a plutôt réussi sa campagne de communication en fédérant toute une communauté autour du long métrage.

Bref, je ne vais pas m’attarder plus longuement. J’ai adoré et vous conseille grandement cette perle rare.

Ci-dessous la bande-annonce :

PS : Petite précision, je ne pense pas que Mutafukaz soit le genre d’animé destiné aux enfants…

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

*