Serenity – Netflix

Le mois de Mars est plutôt chargé chez Netflix. Et je dois dire que de nombreux longs métrages annoncés avaient attiré mon attention. Ce n’était pas du tout le cas de « Serenity » 😀 Mais son casting de haut niveau m’a poussée à cliquer sur play, un soir de chill.

C’est le cinéaste Steven Knight qui nous propose ce thriller tropical tiré par les cheveux, qui s’avère bien en dessous de son potentiel.

Capitaine d’un bateau proposant des sorties de pêche au gros, Baker Dill est recontacté par son ex-femme qui lui demande de faire disparaître son mari afin de la libérer, elle et son fils, de son emprise.

Serenity-netflix-steven-Knight-matthew-McConaughey-Anne-Hathaway.jpg

J’ai lancé ce film sans avoir de grandes convictions, mais lorsque j’ai reconnu au bout de quelques plans le décor de l’Ile Maurice que j’aime tant, j’ai tout de suite été embarquée.

Je profitais, contemplais ces plans qui me faisaient voyager. Honnêtement, j’ai adoré le début de l’oeuvre et le personnage de Baker interprété par Matthew McConaughey. L’équipe de comédiens est d’ailleurs irréprochable : Anne Hathaway (Karen, l’ex femme), Djimon Hounsou (Duke, le partenaire) ou encore Jason Clarke (le Mari).

Le plus gros problème de cette oeuvre est son scénario (écrit par le réalisateur lui même). Il est vrai que ne pas ajouter une touche de fantastique aurait pu porter préjudice à l’oeuvre. Un thriller bateau (jeu de mot Ramucho) sur une histoire de couple standard au cinéma. Bref, je comprends qu’il ait voulu y ajouter un peu de piment (surtout à Maurice… Je suis en forme ce soir…). Mais… C’est totalement absurde.

Attention je vais spoiler !

Ce rebondissement insensé ne veut absolument rien dire. On réalise d’un seul coup que tout cela n’est qu’un jeu vidéo créé par le fils de Baker afin de trouver une échappatoire à son beau père tyrannique. Ça aurait pu fonctionner, mais cet aspect surréaliste qui unit le père et son fils depuis le début est très mal amené. La conclusion est que l’on est à l’intérieur de la tête de l’enfant tout le long du film (on a d’ailleurs le parallèle jeu vidéo/ monde réel qui est démontré à la fin) ce qui est également trèèèès classique. Et puis ces personnages qui tout d’un coup se rendent compte qu’ils sont in da game… RRRrrr, insupportable ! Il me semble que la construction scénaristique aurait pu être plus efficace que cela. Dommage.

Enfin, je l’ai regardé car j’étais sincèrement obnubilée par les décors, et ravie que le cinéma arrive enfin à l’île Maurice. Mis à part cela, vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout adhéré au délire de l’auteur.

Ci-dessous la bande-annonce :

2 pensées sur “Serenity – Netflix

  • 15 mars 2019 à 9 h 48 min
    Permalink

    La même un soir de chill j’ai cliqué sur play et malheur ! Bon après désolée j’avais pas reconnu l’ïle Maurice …. !
    Ce film est tellement long lorsque les personnages comprennent ce qui se passe on attend juste le dénouement pour arrêter le massacre.
    Ce que je retiendrai : il y a bien des requins à Maurice j’ai bien fait de ne pas aller nager trop loin !!

  • 19 mars 2019 à 19 h 45 min
    Permalink

    Sérieux ? Pourtant Cap Malheureux (et Notre-Dame Auxiliatrice) est unique ! On y est passé en catamaran (là où il y avait les deux mariages en fin de journée). Et les champs de canne à sucre et tout…
    Haha, mais nooon, faut pas s’inquiéter pour les requins (tant qu’ils ouvrent pas de nouvelles fermes aquacoles…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.